Je me dois de vous raconter une anecdote des plus cocasse et anodine : notre expérience chez le chaman ! Dans la petite ville de Tena, au commencement de la jungle amazonienne, les indigènes y vivent et prolifèrent des croyances qui sortent de l’ordinaire. Les chamans y sont perçus comme des guérisseurs ayant des pouvoirs magiques. Ce sont comme des sorciers, il y a des bons et des mauvais, et le don se transmet de père en fils. Parmi les nombreux remèdes et rituels, l’Ayahuasca est celle dont nous avons été témoins. L’Ayahuasca provient d’une liane qui a été cuisinée et bouillie pendant plusieurs heures jusqu’à l’obtention d’un liquide opaque. Ce liquide est en fait une drogue hallucinogène qui soi-disant nettoierait et purifierait le corps humain. Les agences touristiques banalisent cette drogue et l’offrent aux touristes en guise d’expérience. Plusieurs tentent le coup, et selon mes recherches, toutes expériences reliées à cette drogue semblent plutôt négatives voire même effrayantes… Notre guide (merci à lui) nous a conseillé de ne pas en prendre puisque nous aurions des vomissements toute la soirée et que marcher la route du retour nous serait impossible. Un touriste français qui était avec nous s’est laissé tenter, il devra donc s’abstenir de souper afin de préparer son estomac. Vers 18h, autour du feu sur lequel la « potion magique » est en train de cuire, notre guide nous informe que le chaman est dans une famille malade et qu’il se pourrait qu’il ne puisse venir. Voyant notre déception, il quitte un moment pour revenir 30 minutes plus tard accompagné d’un ivrogne. Celui-ci arrive en baragouinant un Espagnol mélangé à un langage indigène incompréhensible et nous dit qu’il est le « représentant du chaman ». Notre guide nous confirme qu’il consomme de l’Ayahuasca plusieurs fois par jour, plusieurs fois par semaine… à voir sa démarche, ce n’est pas difficile à croire.

L’heure de la cérémonie est arrivée. Le « représentant du chaman » et le français courageux boivent leur potion. Le « nettoyage » se déroule ainsi : quelques crachats sur une grande feuille, des incantations marmonnées sous forme de chanson, des bruits de bouche étranges et des claques de feuille sur la tête. Miraculeusement, la potion devait les purifier de corps et d’esprit, pourtant le Français qui vomissait sa vie dans le coin 20 minutes plus tard ne semblait pas très bien. Lorsqu’on prend cette drogue, on ne peut tolérer la lumière donc le tout se faisait dans le noir (plus de feu, plus de lampe de poche). Bref un moment bien particulier au beau milieu de la jungle qui vers les 20 heures commençait à être plutôt effrayante considérant la grande noirceur, les bruits de jungle, l’orage accompagné de pluies torrentielles et le français qui a l’air d’être dans un autre monde. Pour revenir à la maison du guide, là où se trouve notre transport de retour, nous devions faire une petite marche de 15 minutes dans la jungle obscure. Heureusement, on avait nos bottes en caoutchouc anti-serpents… rassurant non ? Disons que je tenais la main de mon chum bien fort. Finalement, ce fut une expérience hors du commun. Vous irez lire des témoignages de gens qui ont essayé l’Ayahuasca… l’expérience a l’air tout simplement terrifiante!

Publicités